Hypnose & Thérapies Brèves N°13 – 2009

Hypnose & Thérapies Brèves  N°13 – 2009

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°13:  Mai/Juin/Juillet 2009   Editorial : Herbes Folles. Dr Patrick BELLET Elles poussent parfois là où rien ne croît. La margelle d’un pont d’autoroute, l’abri des chariots d’un supermarché ou bien quelque encoignure bétonnée de nos villes sont au- tant de refuges inattendus pour des graines saupoudrées par le vent. Folles, elles doivent l’être pour investir des lieux aussi inhospitaliers ; et malgré tout elles s’y invitent et font ce pari fou de s’enraciner.   Dans « Hypnose et Thérapie de couple. Forger l’alliance », Joëlle Mignot dévoile d’abord ce que « les vieux Cherokees racontent aux enfants pour les initier à leur future vie de couple ». Elle évoque ensuite les grands axes à explorer : la place du corps et de la sensualité, le travail sur la respiration, la dimension de l’imaginaire érotique, le rapport à l’autre, la régression en âge, la métaphore, la dissociation… Il y a bien longtemps, tout au début du monde, vivaient le premier homme et la première femme. Ils partageaient chaque instant de la vie, passant leurs journées à découvrir les merveilles de la terre et leurs nuits à dé- couvrir le plaisir d’être ensemble. Un jour, cet homme et cette femme se disputèrent violemment… http://www.hypnose-ericksonienne.org/Hypnose-et-therapie-de-couple-Forger-l-alliance_a162.html   Henri Gomez, dans « Thérapies brèves et pratique alcoologique », considère « les addictés comme des livres qui écrivent leur histoire ». Sa méthodologie ne s’accommode pas de grilles de lecture exclusives et d’approches thérapeutiques faisant l’économie de la rencontre. Voici une approche originale directe et emphatique qui privilégie la relation hors des cases convenues. Il vous faut situer d’où je parle. Je gagne encore un peu d’argent comme gastro-entérologue secteur 1, au sein d’un établissement où, comme partout ailleurs, il est recommandé de débiter des actes, en découpant les corps par la maîtrise d’une technicité impeccable. J’ai abordé l’alcoologie par la pathologie somatique.   Marie Arnaud, dans « Les mémoires du corps. De l’ambiguïté psychosomatique à l’évidence hypnotique », souligne que pour permettre au patient de laisser ses ressources reprendre les rênes, « il est insuffisant de s’en tenir à l’utilisation de techniques. C’est un véritable processus psychothérapeutique en hypnose qu’il faut mettre en place ». Nous avons tous vu arriver ces patients désespérés parce qu’un confrère épuisé leur a déclaré : « Vous n’avez rien, c’est tout dans la tête ». « Mais moi, c’est au ventre que j’ai mal ». Oui, notre patient a bien mal au ventre… car son ventre parle de toutes ces blessures que la conscience claire a oubliées (ou refoulées) mais dont le corps se souvient. Peut-on par- ler de mémoire du corps ? Nous n’en avons au- cune preuve scientifique mesurable, mais c’est une hypothèse de travail très thérapeutique. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Les-memoires-du-corps-Hypnose-et-psychosomatique_a161.html   Dominique Megglé, dans « Le courage en thérapie», veut « secouer le cocotier». Fort d’une trentaine d’années de métier, il donne quelques pistes aux praticiens et leur recommande notamment « l’examen de conscience. C’est mieux qu’une analyse didactique ». L’examen de conscience, nous dit-il, est bref et quotidien, il dure toute la vie et il est gratuit. Quand j’ai commencé ce métier il y a une trentaine d’années, j’avais des idées simples sur les soins et une pratique laborieuse parce que je voulais bien appliquer tout ce que j’apprenais. Depuis, mes idées se sont compliquées et l’action simplifiée.   Marilia Baker et Roxanna Erickson-Klein, dans « Elisabeth Moore Erickson, une vie hors du commun » rappellent le rôle important que joua l’épouse de Milton H. Erickson. Nous avons le plaisir de présenter deux articles en hommage à Mme Erickson qui mettent...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°8 – 2008

Hypnose & Thérapies Brèves  N°8 – 2008

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°8: Février Mars Avril 2008 Editorial : Patrick Bellet Hypnose: Cette irruption d’un langage concret, matérialiste pour conjurer l’angoisse du flou, de l’inattendu, crée davantage de rupture que de fluidité dans l’abord des émotions et de toutes pathologies. Comme si le langage do- minant de l’économie devait aussi s’appliquer à celui de la santé.   Articles : Tchouang Tseu, Hypnos et Confucius. L’art des analogies et des thérapies brèves dans l’empire du milieu. Dr Jean Becchio Nous venons de participer à une conférence dont le sujet, au titre compliqué, était passionnant : « Divergences et similitudes sur le problème de l’Origine, entre la pensée chrétienne et la pensée taoïste. » Nous n’allons pas reprendre les grandes idées de cette soirée qui a mis en parallèle la phrase de Jean l’Evangéliste, « au début était le Verbe… et le Verbe s’est fait chair… », avec la vision taoïste « au début était le Souffle et le Souffle a donné naissance aux dix mille êtres ».     Suicide et hypnothérapie aux urgences. Emotions et paradoxes sur le seuil…Virginie Lagrée Très souvent confrontée à la crise suicidaire au service des urgences où je travaille, j’étais en quête d’une manière de mieux aborder les situations de crise, singulièrement la crise suicidaire, sans heurter ni juger, sans pathologiser d’emblée, en respectant la position du patient, même si celle-ci a pu le conduire à un choix contestable, ou plutôt à un « non-choix ». http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Suicide-et-Hypnotherapie-aux-urgences-emotions-et-paradoxes-sur-le-seuil_a103.html   Hypnose et musicothérapie. Facteurs d’ordre bien tempérés. Olivier Benarroche Quelle tâche plus passionnante que de tenter ici de jeter un pont entre le plus noble des arts et la mère de toute médecine ? La musique, langage immémorial et universel, s’adressant au plus profond de l’être pour lui suggérer des sentiments insoupçonnés, aurait-elle à voir avec l’hypnose qui, par la voie royale de la parole, permet de rééquilibrer le corps et l’esprit dans le respect d’un tout indissociable ?   Hypnose et difficultés scolaires. Les nouveaux crayons dans la trousse. Amer Safieddine Il est un fait peu connu : de nombreuses études affirment que seuls 30 % de nos enfants scolarisés sont en mesure de suivre une scolarité « normale », sans grands encombres, celle qui est validée par les instances officielles. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Hypnose-et-difficultes-scolaires_a102.html   Douleurs chroniques, fascination morbide. Contre-fascination thérapeutique et attention vertueuse. Luc Farcy L’utilisation de l’hypnose médicale en consultation de douleur chronique est un outil thérapeutique, un outil de communication et surtout un outil de changement des bases qui définissent une relation thérapeutique. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-DOULEURS-CHRONIQUES-FASCINATION-MORBIDE-Contre-fascination-therapeutique-et-attention_a104.html   Les grands praticiens : Frank Farrelly et la thérapie provocatrice. Wilfrid Martineau Né en 1931, ancien élève de Carl Rogers, Frank Farrelly est psychothérapeute, professeur à l’université du Wisconsin.   Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : Ça vous dérange pas ? Stefano Colombo, dessin de Muhuc L’autre pour, je suis arrivé au cabinet un peu en lézard. La malle d’attente était à moitié pleine ou, si vous roulez, à moitié bide.   Références : Amand Marc Jacques de Puységur, artilleur et humaniste. Patrick Bellet L’année 1784 demeurera mémorable pour deux événements majeurs dans l’histoire de la médecine et de la psychologie. Tout d’abord, la parution du Rapport des commissaires du roi sur le magnétisme animal, évoqué dans le n°3 d’Hypnose & Thérapies brèves, qui établit le rôle de l’imagination des patients dans leur propre soulagement et le sujet d’aujourd’hui : la découverte du somnambulisme artificiel et ses corrélats humanistes.   Exposition : Les figures d’Arcimboldo, l’unité du moi. François René Chardon Arcimboldo pourrait être le nom de scène d’un magicien de cabaret. Arcimboldo, le Milanais du...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°7 – 2007 – 2008

Hypnose & Thérapies Brèves  N°7 – 2007 – 2008

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°7: Novembre Décembre 2007 – Janvier 2008   Editorial : Effet de serre et hypnodiversité. Patrick Bellet Notre petit monde serait-il menacé de fermentation ? Risquons-nous la macération, l’étouffement par un cloisonnement intempestif ? Au fur et à mesure que l’hypnose retrouve droit de cité, qu’il est possible d’inviter celle-ci à l’Université sans trop d’effroi, serions-nous devant des en- jeux de légitimité qui pourraient édulcorer sa nature floue, changeante, fluide et stimulante ?   Articles : La relation hypnotique. Réflexions sur une relation très particulière. Jean-Philippe Zindel De prime abord, nous associons généralement et automatiquement avec le terme d’« hypnose » un certain nombre d’images évoquant ses phénomènes tels que les régressions en âge, les phénomènes idéomoteurs, la distorsion du temps, etc., avec leurs potentiels thérapeutiques.   Se dissocier. Mais comment faire autrement ? François Roustang Que l’on évoque la schizophrénie, l’hystérie, l’hypnose, les personnalités multiples, le double, les troubles post-traumatiques, on finit toujours depuis un siècle par rencontrer la notion centrale de dissociation et le cortège inévitable de Janet, Bleuler, Freud.http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Se-dissocier-mais-comment-faire-autrement-Hysterie-schizophrenie_a94.html   Ce que les éléphants m’ont dit… Les leçons de thérapie que je n’oublierai jamais. Michael D. Yapko Que peut offrir un psychologue clinicien expérimenté au programme de reproduction des éléphants les plus menacés d’Asie et d’Afrique ?   Métaphores…. Pour éveiller la résilience chez les patients. Consuelo Casula Est-il possible à un petit souffle de vent de restaurer une âme après un tsunami ? Est-il possible pour une métaphore, avec sa légèreté, d’aider un patient à dépasser le poids de sa souffrance ? Est-il possible pour une métaphore de représenter la voie pour retrouver la douceur de la vie après avoir éprouvé beaucoup de violence ?   Les grands praticiens :Emie Coué, l’imagination bienveillante. Patrick Bellet Emile Coué fait partie de ces hommes à la fois célèbres et méconnus dont l’œuvre se poursuit, mais parfois de façon détournée, voire dévoyée. Coué naît à Troyes le 26 février 1857. Elève doué, il devient pharmacien et s’installe à 25 ans dans cette ville. A l’époque, les remèdes étaient le plus souvent composés par le pharmacien et nécessitaient l’attention bienveillante de celui-ci pour la bonne observance du traitement.   Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : Randonnée médicale. Stefano Colombo Que ma faculté de médecine fut généreuse ! Je lui suis infiniment reconnaissant. Cela est valable aussi pour toutes les facultés de médecine, la reconnaissance est donc de mise, le lecteur médecin est averti. Vous avez acquis de bonnes bases médicales. Vous êtes devenu un bon docteur. Vous êtes au courant de la dernière découverte.   Références : Bernheim, « l’hypnose n’existe pas ! » Patrick Bellet Après la controverse sur la « normalité » de l’hypnose, succède celle de la réalité de son existence. Bernheim, piètre praticien de l’hypnose, lui dénie toute existence et pose les fondements de la psychothérapie suggestive à l’état de veille. Pour lui, il ne s’agit que de suggestion et de suggestibilité, autrement dit des capacités du patient à percevoir les paroles qui lui sont adressées. Ce texte, écrit en 1897 dans La Revue de l’hypnotisme, conserve toute son actualité et vient nourrir le « débat circulaire » qui oppose les partisans de l’objectivation de l’hypnose aux tenants de son immatérialité subjective. Mais peut-être les réponses sont-elles ailleurs ?.   Exposition : Chagal à Martigny, un ange passe. François René Chardon Pour qui ne possède qu’une connaissance superficielle du champ de l’esthétique, un artiste se résume souvent à une œuvre : Guernica pour Picasso, Les Tournesols pour Van Gogh, La Joconde pour De Vinci, et comme l’a peut-être dit Pierre...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°4 – 2007

Hypnose & Thérapies Brèves N°4 – 2007

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°4 Février Mars Avril 2007 Editorial : La déclaration. Dr Patrick Bellet Hypnose: S’il est une parole ou plus exactement une forme de parole qui implique un engagement, et les élections à venir nous en donneront des occasions, c’est bien la déclaration.   Articles : Utilisation des tâches en psychothérapie éricksonienne. Art et Méthodes. Jeffrey K. Zeig La première considération en psychothérapie devrait être de déterminer les résultats et les buts désirés. Les buts des patients et ceux des thérapeutes coïncident souvent, mais quelquefois non. Le patient peut ne pas savoir spécifiquement ce qu’il faut faire, le thérapeute peut vouloir travailler sur un niveau d’expérience autre que celui que le patient envisage. Enfin, le clinicien doit penser : « Qu’est-ce que je veux communiquer au patient qui permettra le changement ? » Les buts du thérapeute dépendent de la réponse à cette question impérative. Hypnose profonde et thérapie brève. Non, Erickson n’était pas un éricksonien moderne ! Dr Dominique Megglé L’utilité thérapeutique de l’hypnose profonde (HP) semble négligée dans le monde actuel des thérapies brèves. La littérature scientifique a beaucoup développé les thèmes de « l’hypnothérapie sans transe formelle », de « transe conversationnelle », « d’accompagnement », « d’hypnose sans hypnose » et, surtout, de communication hypnotique. Bref répertoire aléatoire de psychothérapie. Brouiller ce qui pourrait apparaître plus clairement… Philippe Villien Il règne dans le monde de la psychothérapie une pagaille qui, me semble-t-il, ces derniers temps, a tendance à s’estomper au profit d’un certain éclaircissement et d’une tentative de mise en place de repères pour que le chaland puisse s’y retrouver. De l’écopathologie à l’écothérapie. Les interactions entre l’individu et son environnement. Joanic Masson Cet article envisage une perspective écologique de la psychopathologie et de la psychothérapie, au sens donné par Gregory Bateson. Il s’agit de considérer l’importance des interactions qui se construisent entre l’individu et son environnement, comme étant à la base même de la singularité identitaire du sujet. Vous avez dit « pourquoi ? », C’est le « comment » qui fait le charme d’une thérapie. Dr Stefano Colombo « Docteur, pourquoi j’ai ça ? » C’est la deuxième séance ou la septième, et cette question tombe comme un couperet, glissée entre deux phrases sur un ton anodin traduisant souvent un mélange d’inquiétude et d’espoir. Espoir que la réponse puisse ouvrir une porte vers la solution de la problématique : « Si je connais la cause, alors… »   Rubriques : Les grands praticiens : Steve de Shazer. La question miracle. Dr Julien Betbèze Parmi les éricksoniens, de plus en plus de psychothérapeutes s’intéressent aux apports, aussi bien théoriques que pratiques, proposés par Steve De Shazer, thérapeute « bref » qui se situe dans la lignée de l’œuvre de Milton H. Erickson. Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : « Autrefois… » Manfred Prior. Dans presque chaque séance thérapeutique, il est souhaitable de temps en temps de s’assurer qu’on a bien compris le patient quant à sa manière de voir ou de vivre le problème ou le symptôme. Avant ou toujours ? Dr Stefano Colombo, dessin de Muhuc Avant l’avent (« période de préparation à Noël »), je poursuivais, en avant toute, dans un avant- dernier effort de terminer ces lignes pour avoir l’avantage d’arriver avant que prévu.   Références : Philippe Pinel, plus qu’un libérateur, un précurseur ! Dr Patrick Bellet CHS de M… mardi matin. – « Tu sais ce qu’a fait le nouvel interne la semaine dernière au pavillon G 10 ? » – « Non, quoi donc ? » Exposition : L’art Brut, à Lausanne. Une discipline...

Read More