Hypnose et Thérapies Brèves n° 12 – 2009

Hypnose et Thérapies Brèves n° 12 – 2009

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°12: Février Mars Avril 2009   Editorial : ça c’est passé un dimanche. Dr Patrick BELLET Un de plus en moins, c’est selon… Les répères disparaissent. Le temps agonise, bientôt la fin, « électro-calendro-gramme » plat. Dimanche est mort. Dans ce monde de vitesse, un des derniers jalons, un des ultimes intervalles s’efface. Pas de répit et surtout pas de repos dans cette sorte de cécité temporelle qui conduit à rien de moins qu’une désorientation. Ou alors une seule et unique direction et surtout à donf !   Dans ce numéro, l’écrivain Henri Gougaud interroge les contes qui lui répondent : « Imite-moi et tu survivras. N’aie pas peur de te transformer sans cesse… ». Dans un récent entretien avec Henri Gougaud, celui-ci nous livre la « substantifique moelle» du conte, dans ce qu’il peut avoir de plus charnel et de plus vital. La nécessité du partage des mots au sein d’un espace et d’un moment où conteur et auditeurs sont rassemblés pour toucher à l’intime.   Marulla Hauswirth et Nathalie Bennoun s’intéressent aux possibilités qu’offre l’hypnose dans le contexte particulier d’une prise en charge collective de victimes de torture. La Suisse, terre d’accueil, reçoit des immigrés victimes de torture pour qui l’hypnose constitue une approche de réparation de leur humanité. Cet article est pour nous l’occasion de partager quelques observations et réflexions quant aux possibilités qu’offre l’hypnose dans le contexte particulier d’une prise en charge collective de personnes ayant été victimes de torture. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Psychotherapie-et-hypnose-avec-des-victimes-de-la-torture_a146.html   Le psychiatre Eric Salomé explique comment il utilise l’hypnose pour aider les adolescents en souffrance et en situation de crise pouvant aboutir à une tentative de suicide. Pour des adolescents en souffrance et en situation de crise, l’hypnose est un recours pour les aider à se réorienter de façon apaisée. Ma pratique de psychiatres d’enfants et d’adolescents exerçant en secteur de psychiatrie publique m’amène souvent à rencontrer des adolescents hospitalisés en service de pédiatrie, à la suite d’une tentative de suicide ; ce qu’un collègue avait résumé dans un colloque, sous le titre « drôle d’endroit pour une rencontre ».   Olivier Cottencin, interrogé par Yves Doutrelugne, décrit l’arrivée de l’hypnose et des thérapies brèves au sein du service psychiatrique du C.H.U. de Lille. Y. Doutrelugne : Nous avons la chance, à Lille, d’avoir vu éclore et se développer il y a une quinzaine d’années l’hypnose et les thérapies brèves au sein du service de psychiatrie du CHU, à l’hôpital Fontan. Les internes les ont découvertes au travers de leurs aînés et dans la région, c’est toute la psychiatrie, publique et privée, qui peut l’apprécier, en harmonie avec les autres courants de pensées. Qu’est ce que « la thérapie » a apporté à ta pratique purement psychiatrique ? L’ostéopathe Jean-Pierre Véron dévoile comment « la main est offerte à la psyché », « comment le geste précède la décision ». D’un siècle à l’autre, le corps questionne, déclare, manifeste ; d’une époque à l’autre les réponses s’ajustent. La main est ouverte à la psyché.   Thierry Servillat décortique les mots « stratégies » et « intuition », s’opposent-ils en thérapie ou bien sont-ils complémentaires ? La thématique du 6e Forum de la CFHTB encourage l’embarquement et l’exploration. Un engagement aussi… Bien sûr, à Nantes, ville natale du visionnaire Jules Verne (1828-1905), à quelques centaines de mètres du port où celui-ci rêvait d’aventure en regardant les bateaux partir, l’hypnose et les thérapies brèves seront à leurs aises.   Dans la rubrique Grands praticiens, Jean-Marc Benhaiem présente l’œuvre de François Roustang, sa recherche clinique autour de l’hypnose. J’espère que cette...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°7 – 2007 – 2008

Hypnose & Thérapies Brèves  N°7 – 2007 – 2008

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°7: Novembre Décembre 2007 – Janvier 2008   Editorial : Effet de serre et hypnodiversité. Patrick Bellet Notre petit monde serait-il menacé de fermentation ? Risquons-nous la macération, l’étouffement par un cloisonnement intempestif ? Au fur et à mesure que l’hypnose retrouve droit de cité, qu’il est possible d’inviter celle-ci à l’Université sans trop d’effroi, serions-nous devant des en- jeux de légitimité qui pourraient édulcorer sa nature floue, changeante, fluide et stimulante ?   Articles : La relation hypnotique. Réflexions sur une relation très particulière. Jean-Philippe Zindel De prime abord, nous associons généralement et automatiquement avec le terme d’« hypnose » un certain nombre d’images évoquant ses phénomènes tels que les régressions en âge, les phénomènes idéomoteurs, la distorsion du temps, etc., avec leurs potentiels thérapeutiques.   Se dissocier. Mais comment faire autrement ? François Roustang Que l’on évoque la schizophrénie, l’hystérie, l’hypnose, les personnalités multiples, le double, les troubles post-traumatiques, on finit toujours depuis un siècle par rencontrer la notion centrale de dissociation et le cortège inévitable de Janet, Bleuler, Freud.http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Se-dissocier-mais-comment-faire-autrement-Hysterie-schizophrenie_a94.html   Ce que les éléphants m’ont dit… Les leçons de thérapie que je n’oublierai jamais. Michael D. Yapko Que peut offrir un psychologue clinicien expérimenté au programme de reproduction des éléphants les plus menacés d’Asie et d’Afrique ?   Métaphores…. Pour éveiller la résilience chez les patients. Consuelo Casula Est-il possible à un petit souffle de vent de restaurer une âme après un tsunami ? Est-il possible pour une métaphore, avec sa légèreté, d’aider un patient à dépasser le poids de sa souffrance ? Est-il possible pour une métaphore de représenter la voie pour retrouver la douceur de la vie après avoir éprouvé beaucoup de violence ?   Les grands praticiens :Emie Coué, l’imagination bienveillante. Patrick Bellet Emile Coué fait partie de ces hommes à la fois célèbres et méconnus dont l’œuvre se poursuit, mais parfois de façon détournée, voire dévoyée. Coué naît à Troyes le 26 février 1857. Elève doué, il devient pharmacien et s’installe à 25 ans dans cette ville. A l’époque, les remèdes étaient le plus souvent composés par le pharmacien et nécessitaient l’attention bienveillante de celui-ci pour la bonne observance du traitement.   Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : Randonnée médicale. Stefano Colombo Que ma faculté de médecine fut généreuse ! Je lui suis infiniment reconnaissant. Cela est valable aussi pour toutes les facultés de médecine, la reconnaissance est donc de mise, le lecteur médecin est averti. Vous avez acquis de bonnes bases médicales. Vous êtes devenu un bon docteur. Vous êtes au courant de la dernière découverte.   Références : Bernheim, « l’hypnose n’existe pas ! » Patrick Bellet Après la controverse sur la « normalité » de l’hypnose, succède celle de la réalité de son existence. Bernheim, piètre praticien de l’hypnose, lui dénie toute existence et pose les fondements de la psychothérapie suggestive à l’état de veille. Pour lui, il ne s’agit que de suggestion et de suggestibilité, autrement dit des capacités du patient à percevoir les paroles qui lui sont adressées. Ce texte, écrit en 1897 dans La Revue de l’hypnotisme, conserve toute son actualité et vient nourrir le « débat circulaire » qui oppose les partisans de l’objectivation de l’hypnose aux tenants de son immatérialité subjective. Mais peut-être les réponses sont-elles ailleurs ?.   Exposition : Chagal à Martigny, un ange passe. François René Chardon Pour qui ne possède qu’une connaissance superficielle du champ de l’esthétique, un artiste se résume souvent à une œuvre : Guernica pour Picasso, Les Tournesols pour Van Gogh, La Joconde pour De Vinci, et comme l’a peut-être dit Pierre...

Read More