Posts Tagged "Dr Jean-Marc BENHAIEM"

Hypnose et Thérapies Brèves n° 12 – 2009

Hypnose et Thérapies Brèves n° 12 – 2009

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°12: Février Mars Avril 2009   Editorial : ça c’est passé un dimanche. Dr Patrick BELLET Un de plus en moins, c’est selon… Les répères disparaissent. Le temps agonise, bientôt la fin, « électro-calendro-gramme » plat. Dimanche est mort. Dans ce monde de vitesse, un des derniers jalons, un des ultimes intervalles s’efface. Pas de répit et surtout pas de repos dans cette sorte de cécité temporelle qui conduit à rien de moins qu’une désorientation. Ou alors une seule et unique direction et surtout à donf !   Dans ce numéro, l’écrivain Henri Gougaud interroge les contes qui lui répondent : « Imite-moi et tu survivras. N’aie pas peur de te transformer sans cesse… ». Dans un récent entretien avec Henri Gougaud, celui-ci nous livre la « substantifique moelle» du conte, dans ce qu’il peut avoir de plus charnel et de plus vital. La nécessité du partage des mots au sein d’un espace et d’un moment où conteur et auditeurs sont rassemblés pour toucher à l’intime.   Marulla Hauswirth et Nathalie Bennoun s’intéressent aux possibilités qu’offre l’hypnose dans le contexte particulier d’une prise en charge collective de victimes de torture. La Suisse, terre d’accueil, reçoit des immigrés victimes de torture pour qui l’hypnose constitue une approche de réparation de leur humanité. Cet article est pour nous l’occasion de partager quelques observations et réflexions quant aux possibilités qu’offre l’hypnose dans le contexte particulier d’une prise en charge collective de personnes ayant été victimes de torture. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Psychotherapie-et-hypnose-avec-des-victimes-de-la-torture_a146.html   Le psychiatre Eric Salomé explique comment il utilise l’hypnose pour aider les adolescents en souffrance et en situation de crise pouvant aboutir à une tentative de suicide. Pour des adolescents en souffrance et en situation de crise, l’hypnose est un recours pour les aider à se réorienter de façon apaisée. Ma pratique de psychiatres d’enfants et d’adolescents exerçant en secteur de psychiatrie publique m’amène souvent à rencontrer des adolescents hospitalisés en service de pédiatrie, à la suite d’une tentative de suicide ; ce qu’un collègue avait résumé dans un colloque, sous le titre « drôle d’endroit pour une rencontre ».   Olivier Cottencin, interrogé par Yves Doutrelugne, décrit l’arrivée de l’hypnose et des thérapies brèves au sein du service psychiatrique du C.H.U. de Lille. Y. Doutrelugne : Nous avons la chance, à Lille, d’avoir vu éclore et se développer il y a une quinzaine d’années l’hypnose et les thérapies brèves au sein du service de psychiatrie du CHU, à l’hôpital Fontan. Les internes les ont découvertes au travers de leurs aînés et dans la région, c’est toute la psychiatrie, publique et privée, qui peut l’apprécier, en harmonie avec les autres courants de pensées. Qu’est ce que « la thérapie » a apporté à ta pratique purement psychiatrique ? L’ostéopathe Jean-Pierre Véron dévoile comment « la main est offerte à la psyché », « comment le geste précède la décision ». D’un siècle à l’autre, le corps questionne, déclare, manifeste ; d’une époque à l’autre les réponses s’ajustent. La main est ouverte à la psyché.   Thierry Servillat décortique les mots « stratégies » et « intuition », s’opposent-ils en thérapie ou bien sont-ils complémentaires ? La thématique du 6e Forum de la CFHTB encourage l’embarquement et l’exploration. Un engagement aussi… Bien sûr, à Nantes, ville natale du visionnaire Jules Verne (1828-1905), à quelques centaines de mètres du port où celui-ci rêvait d’aventure en regardant les bateaux partir, l’hypnose et les thérapies brèves seront à leurs aises.   Dans la rubrique Grands praticiens, Jean-Marc Benhaiem présente l’œuvre de François Roustang, sa recherche clinique autour de l’hypnose. J’espère que cette...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°11 2008-2009

Hypnose & Thérapies Brèves  N°11 2008-2009

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°11 Novembre Décembre 2008 – Janvier 2009   Editorial : Protocole ! Dr Patick BELLET Le mot sonne bien, il rassure. On sent qu’avec ce mot un accord a été signé, dûment établi, et qu’il combine les avantages du traité, du procès-verbal et du rituel convenu. Du solide en somme. Oui, mais l‘hypnose est une pratique hors normes, consubstantielle de la nature humaine, instable. Alors comment faire pour contenir cette variabilité ?   Ce numéro propose notamment des articles pratiques. Jean-Marc Benhaiem y décrit des exercices hypnotiques de recadrage pour arrêter de fumer. Le recueil des techniques et méthodes pour arrêter de fumer laisse apparaître une grande diversité des procédés. Certains prennent appui sur une dépendance pharmacologique qu’il faudrait défaire. D’autres sur des comportements ritualisés à rééduquer. Certains centrent leur action sur la peur de la maladie qui ferait fuir le fumeur, d’au- tres sur la jouissance d’une liberté retrouvée. Dans une approche plus généraliste, Jacques Auger et Jacques Puichaud s’intéressent aux techniques et aux stratégies du thérapeute   La fantaisie du pire, la « petite souris du Dr Vuong, le PPCPO, la « minute d’affliction » et autres billevesées ! Rappel de bonne pratique, selon TACT : la stratégie est première, et les techniques viennent s’y inscrire, comme autant d’outils possibles ; et jamais le contraire ! Le choix des techniques reste du ressort du thérapeute qui « tient son cadre ». Attention donc aux « étiquettes » cantonnant le thérapeute dans un seul domaine : hypnothérapeute, acupuncteur, etc qui font que la technique devient obli- gatoire, choisie par un tiers ou par le patient lui-même.   et Patrick Bellet donne des pistes aux thérapeutes pour démarrer cette délicate  » première séance ». Depuis déjà quelque temps, la formation est finie et après l’enthousiasme du début et son énergie motivante, la pratique, hélas, s’émousse. Maintenant, comment faire avec ce patient, loin des conseils des formateurs et des encouragements des collègues ? Bien sûr, les supervisions, les commentaires confraternels sont indispensables, mais en attendant « la piqûre de rappel » de la supervision, comment démarrer ? En essayant des comparaisons.   D’un point de vue plus conceptuel, Pierre Courtial conclut son article sur sa vision systémique qu’il appelle le « réseau monde ». Là où l’hypnose redistribue les cartes issues de couplages antérieurs, il existe une thérapie qui travaille au niveau de la logique même du couplage, en tant qu’il passe du fractal au causal, de la pensée à la matière : la thérapie ACCES. La thérapies ACCES (Courtial et Dumont, 2007, Courtial, Dumont, Bailon-Moreno, 2007) demande au sujet de s’imaginer « dans le noir, au milieu de nulle part ». Surviennent alors des impressions d’échec de soi.   Pour sa part, Paul-Henri Mambourg ouvre une controverse après la publication, dans le n°9 de la revue, du compte-rendu d’une séance de thérapie menée par Giorgio Nardone, à vous de juger… Une controverse apparaît au cœur de laquelle se trouvent le paradoxe et la provocation et leurs multiples expressions et ententes. Aussi ce numéro nous donne l’occasion d’inaugurer, peut-être, un nouveau type d’article de « fiction pédagogique ». L’article “Le sale gosse, la mama et Giorgio Nardone” paru dans le N°9 de la revue “Hypnose et thérapies brèves” a suscité pas mal de réactions parmi les thérapeutes éricksoniens de Liège.   Rubriques : Dans la rubrique Grands praticiens, Yves Doutrelugne raconte Bill O’Hanlon et « son itinéraire d’un suicidaire qui a bien tourné… » Quand tu es au milieu de l’enfer, souviens- toi d’une chose : Continues à marcher ! Bill O’HANLON Qui est-ce ? Quel guitariste, auteur des textes de...

Read More