Posts Tagged "Dr Jean-Jacques WITTEZAELE"

Revue Hypnose Thérapies Brèves 22 Aout-Septembre-Octobre 2011

Revue Hypnose Thérapies Brèves 22 Aout-Septembre-Octobre 2011

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°22 : Août/Septembre/Octobre 2011     Edito :“Je sais tout cela mais je ne m’en sers pas“ Thierry Servillat   “La mixité thérapeutique ou le panier de soins ?“. Mixer les théories, les approches psychothérapeutiques et les traitements médicamenteux : un plaidoyer pour la liberté du thérapeute de faire « sa propre cuisine ». Dominique Megglé   Lundi matin, je fais une psychanalyse. Il est là, étendu sur le divan, et il associe, librement. Je suis derrière et je note, automatiquement. A la fin de la séance, nous sommes heureux tous les deux, lui parce que, ayant vaillamment combattu son Surmoi, il est arrivé à parler de son père autoritaire, moi parce qu’il m’a offert une transe amnésique. Nous nous apprécions et c’est bon pour commencer la semaine en douceur. Lundi après-midi, on joue aux boules avec une dame. Elle a appris grâce à moi. Elle voulait devenir plus adulte, alors on a sorti les boules. Sur le tableau Velleda, des tas de petites boules et de sous-boules correspondant aux Etats de son Moi, Parent, Adulte, Enfant, Enfant Adapté Rebelle, Parent dans l’Adulte ; et des tas d’autres boules correspondant aux Etats du Moi de ses partenaires dans la vie ; et des tas de flèches entre tout ça dans tous les sens : de séance en séance, elle analyse ses transactions ; de plus en plus de boules, de flèches et de sous-boules, et de séance en séance, nous nous enfonçons dans la confusion. Mardi matin, j’ai l’air d’un gendre idéal avec chemise et costume Smalto, rehaussés du sourire énergique qui manifeste mon assertivité : je vais faire des TCC. A 9 heures, c’est le deuxième C de TCC, « Comportementale ». La dame a peur de l’avion et nous parlons du crash du Rio-Paris. Il a fallu deux ans pour retrouver l’épave de l’Airbus au fond de l’Atlantique et personne n’a encore compris pourquoi il avait décroché. Lire la suite sur http://www.hypnose-ericksonienne.org/Mixite-Therapeutique-par-Dominique-Meggle-Revue-Hypnose-et-Therapie-Breve_a394.html   “En finir avec l’angoisse“. Une thérapie de jeune femme angoissée menée en 4 étapes stratégiquement structurées. Laurent Briquet   Je propose de partager avec les lecteurs le cas d’une jeune femme angoissée afin de montrer comment dans l’approche thérapeutique et dans la façon de parler au patient, l’hypnose peut trouver sa place sans nécessairement qu’elle prenne la forme d’une séance d’hypnose classique, ni que le patient ait besoin de savoir comment il sera soulagé. Tout va se dérouler en quatre consultations hebdomadaires au cabinet. Lire la suite sur http://www.hypnose-ericksonienne.org/En-finir-avec-l-angoisse-Une-subtile-directivite-Laurent-Briquet-Revue-Hypnose-et-Therapies-Breves_a395.html   “ La langue des oiseaux“. Ou les mystères de la relation thérapeutique. Jouer avec les mots, inventer des codes, sont des gymnastiques anciennes susceptibles d’introduire de l’inventivité dans la relation avec les patients. Joëlle Mignot Qu’est-ce que la Langue des Oiseaux ? Je ne vais pas vous parler du cui-cui des oiseaux, encore que… Si j’ai choisi de vous parler de la Langue des Oiseaux, c’est pour vous proposer de porter un regard différent sur la relation que nous pouvons avoir à nos patients dans nos consultations, en particulier lorsque nous utilisons l’hypnose. Le sens caché des mots utilisés par nos consultants et par nous-même peut être autant de pierres précieuses aussi bien dans le décodage de leur problématique que sur l’aspect thérapeutique. La Langue des Oiseaux est donc une langue à la fois mystérieuse et secrète qui consiste à donner un sens autre que le sens direct de la signification. Le décodage passe par les sons (d’où l’analogie avec les chants des oiseaux), la décomposition et/ou la recomposition de syllabes et des lettres. Il s’agit donc d’aller...

Read More

Hypnose Thérapies Brèves N°21 Mai-Juin-Juillet-2011

Hypnose Thérapies Brèves N°21 Mai-Juin-Juillet-2011

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°21 : mai/juin/juillet 2011 Edito :“Pour un congrès mondial d’hypnose à Paris en 2015“ Thierry Servillat C’est clair, c’est simple : la revue Hypnose et Thérapies brèves soutient la candidature de la CFHTB1 pour l’organisation d’un congrès mondial à Paris en 2015. Pourquoi ? Comme vous le savez, notre revue est actrice d’un mouvement hypnotique qui reprend une forte vigueur depuis une quinzaine d’années en France et dans les pays francophones, tant en médecine qu’en psychothérapie, sans oublier les professions paramédicales et infirmières. Et depuis plusieurs mois, un projet s’élabore en ce sens, avec le soutien actif de nombreux instituts et d’associations de France et de Belgique (et peut-être bientôt d’autres pays). Un projet sérieux, impliquant un nombre croissant d’universitaires, créatif (on veut y parler de mémoire, de rencontre, de conscience), ouvert et ambitieux (on aimerait aller « au-delà de l’hypnose » …) Au fait, pourquoi Paris ?   “Ne plus subir. Recadrer pour changer“. Les comportements pathologiques correspondraient-ils à une recherche d’effets hypnotiques ? C’est un type de recadrage qui peut permettre d’introduire l’hypnose dans leur thérapie. Eric Mairlot Les comportements pathologiques correspondraient-ils à une recherche d’effets hypnotiques ? C’est en tout cas un type de recadrage qui peut permettre d’introduire l’hypnose dans leur thérapie. De nombreux échecs de l’hypnothérapie sont dus à l’attitude passive des patients en attente d’un traitement « chirurgical » voire d’une guérison magique. En effet, le patient a souvent été très actif auparavant dans ses tentatives de résoudre son problème. C’est donc avec un sentiment d’impuissance d’autant plus fort qu’il subit sa souffrance. Il aura dès lors tendance à attendre de l’hypnothérapeute une intervention extérieure active, s’imaginant que son organisme recevra passivement la guérison dans un état d’« inconscience ».   “La créativité attentive. Transe-former les enfants par la psychothérapie“. Julie Linden nous expose sa pratique de l’hypnose avec les enfants et une conception théorique qui intègre le traumatisme comme une occasion pour apprendre. Julie Linden nous montre sa pratique de l’hypnose avec les enfants, et nous expose une riche conception théorique qui intègre le traumatisme comme un occasion pour apprendre. QU’EST-CE QUE L’HYPNOSE ? On a souvent dit que les enfants sont les meilleurs sujets hypnotiques. Il est important de comprendre ce qui est signifié par le terme d’hypnose, dans le but d’apprécier l’importance, pour le traitement des enfants, d’avoir cet outil dans le cartable du thérapeute. Il y a eu beaucoup de tentatives pour décrire l’hypnose, et la plupart des définitions s’accordent sur le fait que trois qualités doivent être présentes pour pouvoir parler d’état hypnotique : l’absorption, la suggestibilité et la dissociation. L’absorption est une très grande focalisation, aussi bien interne qu’externe.   “Avis de recherche. Vers un diagnostic opératoire systémique et stratégique“ Un des grands théoriciens actuels de la thérapie brève réfléchit sur une question cruciale : qu’est-ce qu’un diagnostic qui serait réellement utile pour le patient ? Jean-Jacques Wittezaele Un des grands théoriciens actuels de la thérapie brève réfléchit pour nous sur une question cruciale: qu’est-ce qu’un diagnostic qui serait réellement utile pour le patient ? Dans les recherches et les travaux issus de l’Ecole de Palo Alto, il est un thème qui soulève les passions et attise les querelles : la question de la « pathologie », en relation avec celle qui lui est opposée, à savoir la « non-normativité », positionnement revendiqué par les disciples de l’équipe du MRI, dont je fais d’ailleurs partie. A l’heure où l’IGB travaille, en collaboration avec l’équipe de Giorgio Nardone, à la mise au point d’un « diagnostic opératoire » systémique et stratégique présentant...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves, la Revue n°9 – 2008

Hypnose & Thérapies Brèves, la Revue n°9 – 2008

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°9: Mai Juin Juillet 2008   Quoi de Neuf ? Editorial du Dr Patrick Bellet. Est-il possible de se renouveler ? L’hypnose, vieille dame indigne, et ses filles les thérapies brèves, toutes aussi turbulentes, sont-elles capables d’autre chose que ce que les médias grand public veulent bien montrer ? Les mêmes sempiternelles présentations qui flattent le goût du merveilleux et du sensationnel. Hélas, notre modeste revue, trop « élitiste » aux yeux de certains, ne pourrait être exposée au grand public et n’est pas citée dans ces articles, non par oubli, mais délibérément. Que craignent-ils ? La différence ? Nous fondons notre travail sur le crédit et, en ces temps financiers perturbés, cela relativise ces valeurs ; nous fondons, disais-je, notre travail sur l’existence de ressources chez nos consultants et les médias rétorquent « Que non, ils ne comprendront pas ! ». Quel mépris, quelle arrogance, quel décervelage ! Je suis un peu « énervé », j’en conviens. Mais devons-nous seulement répondre aux attentes présumées ou plutôt susciter d’autres interrogations ? Dans ce numéro consacré en grande partie au congrès du 20e anniversaire de l’Institut Gregory Bateson de Liège. Vincent Gérard traite des « prises en charges et interventions stratégiques avec les enfants et les adolescents selon le modèle des thérapies brèves ». Voilà quinze ans que j’ai commencé à prendre en charge des enfants et des adolescents. J’étais alors un jeune thérapeute et je n’avais qu’une maigre expérience pédiatrique. Quelques années plus tard, je fis mon entrée dans le service pédiatrique d’un grand hôpital de la région de Charleroi. Le chef de service me proposa alors d’animer des ateliers pédiatriques : les troubles dans l’apprentissage de la propreté (énurésie, encoprésie…), les difficultés relationnelles enfants-parents, les peurs et phobies diverses, la jalousie et l’envie dans la fratrie… L’origine de cette demande était simple : dans environ 90 % des consultations de pédiatrie, les parents se plaignent de problèmes relationnels ou psychologiques chez leur(s) enfant(s). Cette nouvelle tâche qui m’attendait avait donc aussi des visées préventives. Vous imaginez sans peine les questions qui m’assaillirent… Jean-Jacques Wittezaele évoque « la question du « sens » en thérapie stratégique », le Pourquoi du Comment ! Dans le cadre de ce bilan global de vingt années d’IGB, ce qui fait presque vingt-cinq ans de pratique de la thérapie brève, je voulais aborder un aspect de mon travail qui a beaucoup évolué depuis les débuts… Il s’agit de la manière de répondre aux demandes de mes patients qui touchent à la « compréhension » de leurs difficultés. Compréhension des « causes » du problème qui les amène à venir me voir, de leur origine, de leur construction, compréhension de leurs symptômes, compréhension de ce qui leur arrive parfois, tout simplement. Ces questions me paraissaient être des questions « parasites » en quelque sorte pour la thérapie. Et j’y répondais donc de façon radicale en les mettant devant un choix illusoire : « Si vous deviez choisir entre la recherche des causes de votre problème ou faire en sorte d’y trouver des solutions, que choisiriez-vous ? » Confrontés à ce choix, la plupart répondaient qu’ils préféraient la recherche d’une solution. Mais j’ai pu constater que, dans pas mal de cas, cela ne faisait pas pour autant disparaître leur préoccupation de la recherche d’un « sens » à leur problème. Patrick Boscolo fait le point sur « 20 ans d’erreurs en thérapie brève » et décrit le « Vade Mecum du thérapeute maladroit ». Comme beaucoup d’entre nous peuvent s’enorgueillir d’une expérience considérable d’échecs et d’erreurs, j’ai tenu à vous...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°6 – 2007

Hypnose & Thérapies Brèves  N°6 – 2007

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°6: Août Septembre Octobre 2007 Editorial : Brèves de thérapies. Dr Patrick Bellet Traduction rapide de l’anglo-américain, les thérapies brèves sont perçues par certains comme incomplètes, parce que apparemment courtes. Or si le vocable « brève » a une première acception synonyme de court, il possède d’autres nuances comme brusque, brutal, incisif, ou dans un autre ordre d’idée : en résumé, en conclusion, enfin, pour en finir. Toutes ces significations peuvent s’accorder dans la mesure où les thérapies brèves ont en commun une vision globale et synthétique de la problématique du sujet au moment où il consulte.   Articles : De la rigueur glacée de la science médicale à l’écoute, à la parole… et à l’espoir qui fait vivre ! Patrice Queneau Le temps est venu de réconcilier médecine « scientifique » et humanisme et de (re)découvrir que la « science médicale » avec ses avancées prestigieuses (en pathologie cardio-vasculaire…) n’optimise ses résultats qu’à l’aune d’une relation confiante, intime et constructive entre le médecin et le malade, entre le soignant et le soigné, entre la médecine et la société.   L’hypnose: Un chemin sous notre peau, vers un autre savoir. Eliane Corrin Tous nous possédons un savoir sous notre peau. Ce savoir nous est accessible dans l’immédiateté du ressenti, par le retour au corps à l’écart de nos pensées. L’hypnose en est le chemin. Elle nous conduit à nous reconnecter à ce savoir qui transite par le corps, savoir à retrouver notre propre capacité à être et se tenir vivant entièrement en notre corps, en notre monde. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-L-HYPNOSE-Un-chemin-sous-notre-peau-vers-un-autre-savoir_a95.html Le « burn out ». L’hypnose pour prévenir et guérir. Nicole Ruysschaert De nos jours, la notion de « burn out » a acquis une place importante, on parle du stress au travail. Mais qu’est-ce que le « burn out » ? Une dépression, un état de surmenage, un épuisement, un autre nom pour la neurasthénie d’autrefois ? Les gens souffrant du « burn out » se plaignent de fatigue mentale et physique, ils se sentent épuisés, ont de la peine à se concentrer et ont des troubles de la mémoire. Avec leur entourage, ils sont irritables et de mauvais humeur et développent une attitude cynique pour se protéger. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-le-Burn-Out–l-hypnose-pour-prevenir-et-guerir-Stress-burn-out-hypnose_a96.html   Psychosomatique et inventivité. Comme un œuf dans une boite en carton. Ysabelle Deneff « Comme un œuf dans une boîte en carton » était le titre que ce patient, un jour, donna à son histoire et à celle de sa maladie. Elle s’était construite au fil de nos entretiens. Fruit d’une lente élaboration, elle avait surgi de la spontanéité de ses éprouvés autour de cette maladie et progressivement lui avait permis de l’apprivoiser, la rendant moins étrangère à son existence, l’amenant peut-être ainsi à se réconcilier avec elle. Rubriques : Les grands praticiens : Paul Watzlawick, la dernière séance… Jean-Jacques Wittezaele Un grand maître n’est plus… Le 31 mars 2007, Paul Watzlawick est décédé en son domicile de Palo Alto. Même les constructivistes les plus radicaux sont attristés par ce changement de niveau de réalité : le géant sur les épaules duquel des générations de chercheurs et de cliniciens se sont élevés a quitté notre monde sensoriel où sa disparition fait saigner nos cœurs pour une réalité virtuelle d’où il continuera, heureusement, à stimuler nos esprits. Quiproquo, malentendu et incommunicabilité. Avec mes meilleurs « veux ». Stefano Colombo, dessin de Muhuc P : Merci, Docteur, de me recevoir. Je ne veux pas vous déranger, d’autant plus que votre agenda est complet et votre temps précieux. T : C’est fait. Quelle est la raison de...

Read More