Revue Hypnose Thérapies Brèves 22 Aout-Septembre-Octobre 2011

Revue Hypnose Thérapies Brèves 22 Aout-Septembre-Octobre 2011

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°22 : Août/Septembre/Octobre 2011     Edito :“Je sais tout cela mais je ne m’en sers pas“ Thierry Servillat   “La mixité thérapeutique ou le panier de soins ?“. Mixer les théories, les approches psychothérapeutiques et les traitements médicamenteux : un plaidoyer pour la liberté du thérapeute de faire « sa propre cuisine ». Dominique Megglé   Lundi matin, je fais une psychanalyse. Il est là, étendu sur le divan, et il associe, librement. Je suis derrière et je note, automatiquement. A la fin de la séance, nous sommes heureux tous les deux, lui parce que, ayant vaillamment combattu son Surmoi, il est arrivé à parler de son père autoritaire, moi parce qu’il m’a offert une transe amnésique. Nous nous apprécions et c’est bon pour commencer la semaine en douceur. Lundi après-midi, on joue aux boules avec une dame. Elle a appris grâce à moi. Elle voulait devenir plus adulte, alors on a sorti les boules. Sur le tableau Velleda, des tas de petites boules et de sous-boules correspondant aux Etats de son Moi, Parent, Adulte, Enfant, Enfant Adapté Rebelle, Parent dans l’Adulte ; et des tas d’autres boules correspondant aux Etats du Moi de ses partenaires dans la vie ; et des tas de flèches entre tout ça dans tous les sens : de séance en séance, elle analyse ses transactions ; de plus en plus de boules, de flèches et de sous-boules, et de séance en séance, nous nous enfonçons dans la confusion. Mardi matin, j’ai l’air d’un gendre idéal avec chemise et costume Smalto, rehaussés du sourire énergique qui manifeste mon assertivité : je vais faire des TCC. A 9 heures, c’est le deuxième C de TCC, « Comportementale ». La dame a peur de l’avion et nous parlons du crash du Rio-Paris. Il a fallu deux ans pour retrouver l’épave de l’Airbus au fond de l’Atlantique et personne n’a encore compris pourquoi il avait décroché. Lire la suite sur http://www.hypnose-ericksonienne.org/Mixite-Therapeutique-par-Dominique-Meggle-Revue-Hypnose-et-Therapie-Breve_a394.html   “En finir avec l’angoisse“. Une thérapie de jeune femme angoissée menée en 4 étapes stratégiquement structurées. Laurent Briquet   Je propose de partager avec les lecteurs le cas d’une jeune femme angoissée afin de montrer comment dans l’approche thérapeutique et dans la façon de parler au patient, l’hypnose peut trouver sa place sans nécessairement qu’elle prenne la forme d’une séance d’hypnose classique, ni que le patient ait besoin de savoir comment il sera soulagé. Tout va se dérouler en quatre consultations hebdomadaires au cabinet. Lire la suite sur http://www.hypnose-ericksonienne.org/En-finir-avec-l-angoisse-Une-subtile-directivite-Laurent-Briquet-Revue-Hypnose-et-Therapies-Breves_a395.html   “ La langue des oiseaux“. Ou les mystères de la relation thérapeutique. Jouer avec les mots, inventer des codes, sont des gymnastiques anciennes susceptibles d’introduire de l’inventivité dans la relation avec les patients. Joëlle Mignot Qu’est-ce que la Langue des Oiseaux ? Je ne vais pas vous parler du cui-cui des oiseaux, encore que… Si j’ai choisi de vous parler de la Langue des Oiseaux, c’est pour vous proposer de porter un regard différent sur la relation que nous pouvons avoir à nos patients dans nos consultations, en particulier lorsque nous utilisons l’hypnose. Le sens caché des mots utilisés par nos consultants et par nous-même peut être autant de pierres précieuses aussi bien dans le décodage de leur problématique que sur l’aspect thérapeutique. La Langue des Oiseaux est donc une langue à la fois mystérieuse et secrète qui consiste à donner un sens autre que le sens direct de la signification. Le décodage passe par les sons (d’où l’analogie avec les chants des oiseaux), la décomposition et/ou la recomposition de syllabes et des lettres. Il s’agit donc d’aller...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°15 – 2009-2010

Hypnose & Thérapies Brèves  N°15 – 2009-2010

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°15 Novembre/Décembre 2009 Janvier 2010 “Une expérience de pensée“. Editorial du Dr Patrick Bellet, rédacteur en chef. Ou comment une démarche intellectuelle subjective, l’hypnose, conduit à la compréhension nouvelle d’une situation pathologique et obtient des effets thérapeutiques tangibles. Empirique, l’expérience de pensée est aussi au coeur de la recherche scientifique et ne se substitue pas à l’expérimentation pratique. Nombre de découvertes majeures sont le produit d’expériences de pensée de grands esprits de la physique ou de la chimie tels que Galilée, Einstein ou Kekulé. Loin de prétendre à d’aussi importantes découvertes, l’hypnose est un exemple particulièrement riche de ce type d’expérience. En cours de séance, la singularité de l’imagination immédiate révélera, souvent, des solutions inédites et reproductibles. Nous sommes là devant un phénomène de création de la réalité pour accéder à celle de la pathologie. Le changement commence. En effet, combien de pathologies nous surprennent, et les patients en tout premier lieu ; qualifiées selon la culture de l’observateur d’irrationnelles, d’essentielles, d’idiopathiques, voire de simulations ou autres fumisteries. Alors, comment prendre en considération cette part d’humanité qui n’entre pas dans les syndromes connus ou les sémiologies bien établies ? Nos études nous apprennent la « conduite à tenir devant tel ou tel tableau clinique », au mieux vis-à-vis d’un patient, très rarement à parler, converser avec une personne, temporairement ou définitivement porteuse d’une maladie. “La stratégie : une question de travail et d’intuition“. Le Dr Dominique Megglé présente, avec son humour décapant, ce qui selon lui est la bonne tactique pour devenir un stratège. Avec humour, Dominique Megglé nous présente sa stratégie pour ne pas tomber dans les embuscades de la tactique. Hypnose Normale, Pathologique et Thérapeutique L’hypnose n’est pas une théorie psychologique de plus sur le marché des psychothérapies. Elle n’est pas une théorie. Elle n’est pas non plus une thérapie. C’est pourquoi elle n’a ni indications ni contre-indications. Le fonctionnement hypnotique est simplement physiologique. C’est le fonctionnement de l’être humain dans ses relations avec lui-même et avec les autres. Les échanges que l’être humain a avec lui-même démontrent sa profondeur personnelle. Simultanément, cette profondeur personnelle se nourrit des échanges qu’il a avec les autres, qui lui sont également vitaux. “Ose l’hypnose“. Le témoignage émouvant et engagé de Martine Quintard, IADE et hypnothérapeute débutante, dans la lutte contre la douleur et l’accompagnement jusqu’au dernier souffle. Arrêt sur Image: Il est huit heures ce matin-là et je prends la relève dans le secteur du déchocage des urgences. Par la fenêtre qui donne sur un micocoulier centenaire, j’aperçois le soleil qui brille dans un ciel bleu azur, un bleu pur, sans nuages. Depuis ce jour, le ciel n’a jamais été aussi bleu et aussi pur… J’entre dans le box 2 du déchocage où Mr R. a été admis pour une détresse respiratoire dans le cadre d’une néoplasie pulmonaire en stade terminal. Mr R., la quarantaine, est attaché en position demi-assise dans son lit et est dans un état d’agitation très important dû aux difficultés respiratoires. Mr R. « cherche son air ». Je le salue et me présente à lui, je sens son regard qui m’accroche, qui me supplie, qui m’invite… “Autant en importe l’avant“. Quand le Dr Frank Garden-Brèche explore des dimensions temporelles qui se télescopent et ouvrent sur des orientations inattendues. L’histoire se déroule en des temps… temps à venir, temps prochains, temps futurs… temps où tout a changé bien sûr… temps où il y a tout à changer aussi… De la clepsydre à l’horloge atomique, de la seconde de l’instant au futur incertain, il nous fascine. Il me fascine depuis longtemps...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°13 – 2009

Hypnose & Thérapies Brèves  N°13 – 2009

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°13:  Mai/Juin/Juillet 2009   Editorial : Herbes Folles. Dr Patrick BELLET Elles poussent parfois là où rien ne croît. La margelle d’un pont d’autoroute, l’abri des chariots d’un supermarché ou bien quelque encoignure bétonnée de nos villes sont au- tant de refuges inattendus pour des graines saupoudrées par le vent. Folles, elles doivent l’être pour investir des lieux aussi inhospitaliers ; et malgré tout elles s’y invitent et font ce pari fou de s’enraciner.   Dans « Hypnose et Thérapie de couple. Forger l’alliance », Joëlle Mignot dévoile d’abord ce que « les vieux Cherokees racontent aux enfants pour les initier à leur future vie de couple ». Elle évoque ensuite les grands axes à explorer : la place du corps et de la sensualité, le travail sur la respiration, la dimension de l’imaginaire érotique, le rapport à l’autre, la régression en âge, la métaphore, la dissociation… Il y a bien longtemps, tout au début du monde, vivaient le premier homme et la première femme. Ils partageaient chaque instant de la vie, passant leurs journées à découvrir les merveilles de la terre et leurs nuits à dé- couvrir le plaisir d’être ensemble. Un jour, cet homme et cette femme se disputèrent violemment… http://www.hypnose-ericksonienne.org/Hypnose-et-therapie-de-couple-Forger-l-alliance_a162.html   Henri Gomez, dans « Thérapies brèves et pratique alcoologique », considère « les addictés comme des livres qui écrivent leur histoire ». Sa méthodologie ne s’accommode pas de grilles de lecture exclusives et d’approches thérapeutiques faisant l’économie de la rencontre. Voici une approche originale directe et emphatique qui privilégie la relation hors des cases convenues. Il vous faut situer d’où je parle. Je gagne encore un peu d’argent comme gastro-entérologue secteur 1, au sein d’un établissement où, comme partout ailleurs, il est recommandé de débiter des actes, en découpant les corps par la maîtrise d’une technicité impeccable. J’ai abordé l’alcoologie par la pathologie somatique.   Marie Arnaud, dans « Les mémoires du corps. De l’ambiguïté psychosomatique à l’évidence hypnotique », souligne que pour permettre au patient de laisser ses ressources reprendre les rênes, « il est insuffisant de s’en tenir à l’utilisation de techniques. C’est un véritable processus psychothérapeutique en hypnose qu’il faut mettre en place ». Nous avons tous vu arriver ces patients désespérés parce qu’un confrère épuisé leur a déclaré : « Vous n’avez rien, c’est tout dans la tête ». « Mais moi, c’est au ventre que j’ai mal ». Oui, notre patient a bien mal au ventre… car son ventre parle de toutes ces blessures que la conscience claire a oubliées (ou refoulées) mais dont le corps se souvient. Peut-on par- ler de mémoire du corps ? Nous n’en avons au- cune preuve scientifique mesurable, mais c’est une hypothèse de travail très thérapeutique. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Les-memoires-du-corps-Hypnose-et-psychosomatique_a161.html   Dominique Megglé, dans « Le courage en thérapie», veut « secouer le cocotier». Fort d’une trentaine d’années de métier, il donne quelques pistes aux praticiens et leur recommande notamment « l’examen de conscience. C’est mieux qu’une analyse didactique ». L’examen de conscience, nous dit-il, est bref et quotidien, il dure toute la vie et il est gratuit. Quand j’ai commencé ce métier il y a une trentaine d’années, j’avais des idées simples sur les soins et une pratique laborieuse parce que je voulais bien appliquer tout ce que j’apprenais. Depuis, mes idées se sont compliquées et l’action simplifiée.   Marilia Baker et Roxanna Erickson-Klein, dans « Elisabeth Moore Erickson, une vie hors du commun » rappellent le rôle important que joua l’épouse de Milton H. Erickson. Nous avons le plaisir de présenter deux articles en hommage à Mme Erickson qui mettent...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°4 – 2007

Hypnose & Thérapies Brèves N°4 – 2007

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°4 Février Mars Avril 2007 Editorial : La déclaration. Dr Patrick Bellet Hypnose: S’il est une parole ou plus exactement une forme de parole qui implique un engagement, et les élections à venir nous en donneront des occasions, c’est bien la déclaration.   Articles : Utilisation des tâches en psychothérapie éricksonienne. Art et Méthodes. Jeffrey K. Zeig La première considération en psychothérapie devrait être de déterminer les résultats et les buts désirés. Les buts des patients et ceux des thérapeutes coïncident souvent, mais quelquefois non. Le patient peut ne pas savoir spécifiquement ce qu’il faut faire, le thérapeute peut vouloir travailler sur un niveau d’expérience autre que celui que le patient envisage. Enfin, le clinicien doit penser : « Qu’est-ce que je veux communiquer au patient qui permettra le changement ? » Les buts du thérapeute dépendent de la réponse à cette question impérative. Hypnose profonde et thérapie brève. Non, Erickson n’était pas un éricksonien moderne ! Dr Dominique Megglé L’utilité thérapeutique de l’hypnose profonde (HP) semble négligée dans le monde actuel des thérapies brèves. La littérature scientifique a beaucoup développé les thèmes de « l’hypnothérapie sans transe formelle », de « transe conversationnelle », « d’accompagnement », « d’hypnose sans hypnose » et, surtout, de communication hypnotique. Bref répertoire aléatoire de psychothérapie. Brouiller ce qui pourrait apparaître plus clairement… Philippe Villien Il règne dans le monde de la psychothérapie une pagaille qui, me semble-t-il, ces derniers temps, a tendance à s’estomper au profit d’un certain éclaircissement et d’une tentative de mise en place de repères pour que le chaland puisse s’y retrouver. De l’écopathologie à l’écothérapie. Les interactions entre l’individu et son environnement. Joanic Masson Cet article envisage une perspective écologique de la psychopathologie et de la psychothérapie, au sens donné par Gregory Bateson. Il s’agit de considérer l’importance des interactions qui se construisent entre l’individu et son environnement, comme étant à la base même de la singularité identitaire du sujet. Vous avez dit « pourquoi ? », C’est le « comment » qui fait le charme d’une thérapie. Dr Stefano Colombo « Docteur, pourquoi j’ai ça ? » C’est la deuxième séance ou la septième, et cette question tombe comme un couperet, glissée entre deux phrases sur un ton anodin traduisant souvent un mélange d’inquiétude et d’espoir. Espoir que la réponse puisse ouvrir une porte vers la solution de la problématique : « Si je connais la cause, alors… »   Rubriques : Les grands praticiens : Steve de Shazer. La question miracle. Dr Julien Betbèze Parmi les éricksoniens, de plus en plus de psychothérapeutes s’intéressent aux apports, aussi bien théoriques que pratiques, proposés par Steve De Shazer, thérapeute « bref » qui se situe dans la lignée de l’œuvre de Milton H. Erickson. Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : « Autrefois… » Manfred Prior. Dans presque chaque séance thérapeutique, il est souhaitable de temps en temps de s’assurer qu’on a bien compris le patient quant à sa manière de voir ou de vivre le problème ou le symptôme. Avant ou toujours ? Dr Stefano Colombo, dessin de Muhuc Avant l’avent (« période de préparation à Noël »), je poursuivais, en avant toute, dans un avant- dernier effort de terminer ces lignes pour avoir l’avantage d’arriver avant que prévu.   Références : Philippe Pinel, plus qu’un libérateur, un précurseur ! Dr Patrick Bellet CHS de M… mardi matin. – « Tu sais ce qu’a fait le nouvel interne la semaine dernière au pavillon G 10 ? » – « Non, quoi donc ? » Exposition : L’art Brut, à Lausanne. Une discipline...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°1: Mai Juin Juillet 2006

Hypnose & Thérapies Brèves N°1: Mai Juin Juillet 2006

Hypnose & Thérapies Brèves : la Revue n°1 Editorial du Dr Patrick Bellet: De la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces… Hypnose: Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’une thérapie brève ? Cette dénomination vient des Etats-Unis qui ont le sens du raccourci et, maladroitement, s’oppose aux thérapies dites au long cours comme la psychanalyse. Traduction approximative qui se trouve, malgré tout, consacrée par l’usage. Ces nouvelles perspectives thérapeutiques apparaissent outre-Atlantique à partir des années 1940 et prennent leur essor dans les décennies suivantes, mais leurs sources se trouvent dans les approches humanistes européennes et orientales des siècles précédents. En commun, elles sont capables de considérer qu’à une question unique correspondent plusieurs réponses justes simultanément. La densité des réponses contribuent, par la transmission d’un savoir, à leur intérêt. Familières du paradoxe, elles le manient volontiers et nous font passer de la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces.   Articles : Histoire des thérapies brèves. Ceux par qui le scandale est arrivé. Dr Dominique Megglé. A sa naissance et dans ses développements au long du XIXe siècle, il était impensable qu’une psychothérapie durât longtemps. La psychothérapie, héritage des magnétiseurs français, était conçue comme un « coup de main » ponctuel pour aider la personne à passer un cap difficile de sa vie. Les symptômes témoignaient de la difficulté de ce passage. Aucun praticien ne se souciait d’une « compréhension en profondeur » de l’origine des troubles, et tous pensaient que si le patient parvenait à se débarrasser d’un symptôme, c’est qu’il avait, nécessairement, réaménagé ses profondeurs. Ce qu’il avait réaménagé, comment il l’avait fait, était considéré comme trop compliqué pour être saisi et sans intérêt pour le soulager. Lire la Suite http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Histoire-des-Therapies-Breves_a99.html   L’hypnose dans le vent. Changer d’altitude pour changer nos visions du monde. Dr Bertrand Piccard Si d’innombrables ouvrages des plus approfondis traitent de l’hypnose sous toutes ses formes, le processus hypnotique ne peut-il pas être aussi compris plus simplement comme un état d’esprit dans lequel nous arrêtons soudain de nous battre contre les vents de la vie pour nous mettre à utiliser leur énergie ? Cet article est tiré d’une conférence faite lors du 3ème Forum Francophone d’Hypnose et de Thérapies Brèves, nous avons conservé dans cette publication une partie du dialogue engagé à cette occasion. Publié avec l’aimable autorisation des éditions Satas. Il existe une grande littérature traitant de l’hypnose comme d’un acte thérapeutique, d’un état modifié de conscience, d’un outil de communication, et maintenant même comme d’une modification de l’activité corticale observable au moyen des méthodes les plus modernes d’imageries cérébrales. Nous allons examiner dans quelle mesure l’hypnose ne pourrait pas également être comprise en tant qu’état d’esprit.   Métaphore, recadrage et changements. Marie-Louise passe partout. Dr Patrick Bellet La métaphore est la forme centrale du corpus des thérapies brèves. Cette structure rhétorique est, grâce à sa fonction diplomatique, d’une grande valeur. Le patient souffre souvent de son “orientation à la réalité”, sa manière de voir le monde. Erickson recommande de respecter cette orientation à partir de laquelle l’attention du sujet est captée, dans le but de changer, recadrer, son point de vue dans une dimension plus large et bénéfique. La surprise qui participe à cette technique favorise le temps présent et permet, rapidement, de dessiner des cadres informels et malléables dans lesquels va se situer une action thérapeutique progressive. Le présent est un appui pour le futur. MÉTAPHORE, DIPLOMATIE ET MOUVEMENT   La diplomatie hypnotique au cœur du conflit conjugal. Approches hypnotiques indirectes avec les couples. Teresa Roblès Comment et pourquoi travailler indirectement avec les couples ? Camillo Loriedo propose une thérapie...

Read More
Page 2 sur 212