Hypnose & Thérapies Brèves N°10 – 2008

Hypnose & Thérapies Brèves N°10 – 2008

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°10: Août Septembre Octobre 2008   Editorial : Farniente ! Dr Patrick BELLET Cette irruption d’un langage concret, matérialiste pour conjurer l’angoisse du flou, de l’inattendu, crée davantage de rupture que de fluidité dans l’abord des émotions et de toutes pathologies. Comme si le langage dominant de l’économie devait aussi s’appliquer à celui de la santé.   Dans ce numéro, Bertrand Piccard nous livre ses réflexions sur le sens de la thérapie et de l’hypnose, entre doute et spiritualité ;   Philippe Villien s’interroge avec finesse : « La thérapie est-elle soluble dans l’humour ? » en développant le sujet autour de l’alliance thérapeutique et de ses modes de communication.   Eric Bonvin nous donne rendez-vous au coeur de la relation pour évoquer la liberté et la créativité thérapeutique qui en découle. En une touchante et malicieuse nouvelle, Piem se souvient de sa première consultation chez la psychanalyste ; un régal d’humour.   Le Dr Jean-Claude Espinosa décrit à partir d’un cas clinique un peu provocant une technique très intéressante de contrôle de l’anxiété , « le point neutre émotionnel », accessible à tous les débutants et même au-delà…   Jean-Pierre Courtial développe un modèle « Le réseau-monde » qui tend à situer la relation thérapeutique en un espace plus vaste que communément admis en mettant l’accent sur l’interdépendance des phénomènes relationnels.   Dans la rubrique « Grands praticiens », Eric Bardot présente Francine Shapiro et sa découverte de l’EMDR dans une perspective hypnotique actuelle. Francine Shapiro est née en 1949 mais sa vie va basculer, à l’âge de 30 ans, en 1979. A cette époque, elle obtient un doctorat de littérature anglaise à l’université de New York à partir de l’œuvre poétique de Thomas Hardy. C’est un auteur du XIXe siècle dont les romans sont profondément ancrés dans les paysages et la société paysanne du Sud de l’Angleterre sous l’ère victorienne. À partir de ces études de texte, elle s’intéresse à éclairer notre culture. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-EMDR-Des-yeux-pour-guerir-Francine-Shapiro_a35.html   Quant à Muhuc et Stefano Colombo, ils ont travaillé sur le thème du « lâcher prise » et avec eux la question se pose ! Un rappel historique sur la découverte de l’Hypnotisme par James Braid vient donner un contre-point à l’EMDR et replacer le débat contemporain sur le plan éthique grâce aux commentaires, toujours d’actualité, de Durand de Gros à la fin du XIX siècle : distorsion du temps ou intemporalité des attitudes.   François Chardon nous invite à l’exposition « Traces du sacré » du centre Pompidou qui nourrit le débat ouvert par Bertrand Piccard en proposant d’autres arguments transdiciplinaires.   Irène Bouaziz et Chantal Gaudin font le compte-rendu des 4èmes Transversales de Vaison-la-Romaine et exercent leur humour à cette tâche !   Christine Guilloux, aventureuse, se demande ce qu’est la biologie totale, un concept séduisant ou, ou ?   Joëlle Mignot vient nous rafraîchir sensuellement avec un cocktail à boire « Les yeux dans les yeux ». Et les éditos de Patrick Bellet et Didier Michaux ouvrent et clôturent ce n°10 sur des thèmes qui, paradoxalement, sont proches : « Farniente » et « Peut-il y avoir une science de l’hypnose? »   Pour vous abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves, cliquez...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°1: Mai Juin Juillet 2006

Hypnose & Thérapies Brèves N°1: Mai Juin Juillet 2006

Hypnose & Thérapies Brèves : la Revue n°1 Editorial du Dr Patrick Bellet: De la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces… Hypnose: Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’une thérapie brève ? Cette dénomination vient des Etats-Unis qui ont le sens du raccourci et, maladroitement, s’oppose aux thérapies dites au long cours comme la psychanalyse. Traduction approximative qui se trouve, malgré tout, consacrée par l’usage. Ces nouvelles perspectives thérapeutiques apparaissent outre-Atlantique à partir des années 1940 et prennent leur essor dans les décennies suivantes, mais leurs sources se trouvent dans les approches humanistes européennes et orientales des siècles précédents. En commun, elles sont capables de considérer qu’à une question unique correspondent plusieurs réponses justes simultanément. La densité des réponses contribuent, par la transmission d’un savoir, à leur intérêt. Familières du paradoxe, elles le manient volontiers et nous font passer de la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces.   Articles : Histoire des thérapies brèves. Ceux par qui le scandale est arrivé. Dr Dominique Megglé. A sa naissance et dans ses développements au long du XIXe siècle, il était impensable qu’une psychothérapie durât longtemps. La psychothérapie, héritage des magnétiseurs français, était conçue comme un « coup de main » ponctuel pour aider la personne à passer un cap difficile de sa vie. Les symptômes témoignaient de la difficulté de ce passage. Aucun praticien ne se souciait d’une « compréhension en profondeur » de l’origine des troubles, et tous pensaient que si le patient parvenait à se débarrasser d’un symptôme, c’est qu’il avait, nécessairement, réaménagé ses profondeurs. Ce qu’il avait réaménagé, comment il l’avait fait, était considéré comme trop compliqué pour être saisi et sans intérêt pour le soulager. Lire la Suite http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Histoire-des-Therapies-Breves_a99.html   L’hypnose dans le vent. Changer d’altitude pour changer nos visions du monde. Dr Bertrand Piccard Si d’innombrables ouvrages des plus approfondis traitent de l’hypnose sous toutes ses formes, le processus hypnotique ne peut-il pas être aussi compris plus simplement comme un état d’esprit dans lequel nous arrêtons soudain de nous battre contre les vents de la vie pour nous mettre à utiliser leur énergie ? Cet article est tiré d’une conférence faite lors du 3ème Forum Francophone d’Hypnose et de Thérapies Brèves, nous avons conservé dans cette publication une partie du dialogue engagé à cette occasion. Publié avec l’aimable autorisation des éditions Satas. Il existe une grande littérature traitant de l’hypnose comme d’un acte thérapeutique, d’un état modifié de conscience, d’un outil de communication, et maintenant même comme d’une modification de l’activité corticale observable au moyen des méthodes les plus modernes d’imageries cérébrales. Nous allons examiner dans quelle mesure l’hypnose ne pourrait pas également être comprise en tant qu’état d’esprit.   Métaphore, recadrage et changements. Marie-Louise passe partout. Dr Patrick Bellet La métaphore est la forme centrale du corpus des thérapies brèves. Cette structure rhétorique est, grâce à sa fonction diplomatique, d’une grande valeur. Le patient souffre souvent de son “orientation à la réalité”, sa manière de voir le monde. Erickson recommande de respecter cette orientation à partir de laquelle l’attention du sujet est captée, dans le but de changer, recadrer, son point de vue dans une dimension plus large et bénéfique. La surprise qui participe à cette technique favorise le temps présent et permet, rapidement, de dessiner des cadres informels et malléables dans lesquels va se situer une action thérapeutique progressive. Le présent est un appui pour le futur. MÉTAPHORE, DIPLOMATIE ET MOUVEMENT   La diplomatie hypnotique au cœur du conflit conjugal. Approches hypnotiques indirectes avec les couples. Teresa Roblès Comment et pourquoi travailler indirectement avec les couples ? Camillo Loriedo propose une thérapie...

Read More