Hypnose & Thérapies Brèves N°19 – 2010-2011

Hypnose & Thérapies Brèves N°19 – 2010-2011

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue N°19 : Novembre/Décembre 2010/Janvier 2011 Tenir Debout… Et Marcher. Editorial du Dr Thierry SERVILLAT, Rédacteur en Chef L’automne est dit-on le temps de la prise de recul, de la réflexion après la période active du printemps et de l’été. Ce numéro 19 propose un dossier composé d’articles ayant un thème commun. Nous espérons que cette démarche servira à approfondir, enrichir, et aussi à créer du débat. Pour commencer nous avons eu envie de diriger le projecteur vers celles et ceux d’entre nous qui pratiquent l’hypnose dans les établissements de santé, publics ou privés. Car un idée traîne souvent dans nos conversations: les « institutions », hôpitaux, cliniques, seraient réticentes à l’hypnose (et d’ailleurs aussi, d’ailleurs aux thérapies brèves)…   « Commencer avec des cas difficiles » L’attention à chaque détail, une observation fine de la totalité du corps du patient pour construire son intervention. Cécile Bérard… De l’autorisation à l’encouragement et à la rencontre précieuse. L’attention à chaque détail, une observation fine de la totalité du corps du patient, sont des aides irremplaçables pour apprendre à construire ses interventions et se « lancer » dans la pratique de l’hypnose. Alors peuvent surgir l’étonnement et la fierté d’avoir osé. C’est à l’occasion du DIU de soins palliatifs à Lyon que ma première rencontre avec le mot « hypnose » a eu lieu. Plus qu’un mot, une technique… un état… un moyen d’entrer en relation, mais cela je ne l’apprendrai que bien plus tard…   « Palo Alto et le jugement de Salomon » En dix point, un avocat explique comment il utilise nos outils pour résoudre des conflits… à l’amiable. Jean-Edouard Robiou du Pont. Avocat et médiateur familial. Une inspiration pragmatique pour l’avocat. En 10 points, un avocat nous explique comment il construit sa réflexion et son intervention pour favoriser la résolution des conflits… à l’amiable. Où nous voyons que nos outils, hors du champ de la thérapie, peuvent servir à construire des solutions pacifiantes.   Dossier Hypnose et Institution « Le changement au centre hospitalier de Romans sur Isère » Comment la même approche hypnotique est reçue et mise en œuvre selon l’orientation professionnelle du soignant. Chantal Mejean, Olivier Daene,Jean-Pascal Sagot, Céline Mazoyer, Estelle Thibaudeau. L’hypnose a fait son entrée au Centre hospitalier de Romans en 2008 et nous donnons la parole aux différents professionnels concernés. Tout d’abord, la direction du Centre hospitalier à qui revient cette belle initiative, et soulignons-le, c’est peut-être la première fois qu’une directrice des soins, Madame Méjean, en l’occurrence, s’exprime sur ce type d’expérience dans une publication telle que la nôtre. La suite de cet article montrera comment la même approche hypnotique est reçue et mise en œuvre selon l’orientation professionnelle du soignant. En tant que formateur, je voudrais apporter quelques mots de commentaire sur cette expérience. Au-delà de l’objectif évident des applications de l’hypnose dans le traitement de la douleur, j’ai observé des changements de nature différente. Une sorte d’apprentissage parallèle et naturel. En effet, les participants sont réunis longuement, plusieurs jours de suite, et de ce fait sont amenés à se parler et à faire des exercices ensemble. Jusque-là, me direz-vous, rien de bien extraordinaire. C’est vrai. La découverte tient à cette évidence : rencontrer les autres membres du personnel en dehors des contingences habituelles (normales ?) et établir des relations humaines voire professionnelles (ou inversement) que la structure hospitalière ne favorise pas ! Autrement dit, sortir du « cadre »… Un gain inattendu ! De nouvelles perspectives s’ouvrent sur le sens de l’hospitalité… N’est-ce pas parler un langage de compréhension que de faire de l’hypnose ? L’aventure continue ! Dr Patrick...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°6 – 2007

Hypnose & Thérapies Brèves  N°6 – 2007

Hypnose & Thérapies Brève: la Revue N°6: Août Septembre Octobre 2007 Editorial : Brèves de thérapies. Dr Patrick Bellet Traduction rapide de l’anglo-américain, les thérapies brèves sont perçues par certains comme incomplètes, parce que apparemment courtes. Or si le vocable « brève » a une première acception synonyme de court, il possède d’autres nuances comme brusque, brutal, incisif, ou dans un autre ordre d’idée : en résumé, en conclusion, enfin, pour en finir. Toutes ces significations peuvent s’accorder dans la mesure où les thérapies brèves ont en commun une vision globale et synthétique de la problématique du sujet au moment où il consulte.   Articles : De la rigueur glacée de la science médicale à l’écoute, à la parole… et à l’espoir qui fait vivre ! Patrice Queneau Le temps est venu de réconcilier médecine « scientifique » et humanisme et de (re)découvrir que la « science médicale » avec ses avancées prestigieuses (en pathologie cardio-vasculaire…) n’optimise ses résultats qu’à l’aune d’une relation confiante, intime et constructive entre le médecin et le malade, entre le soignant et le soigné, entre la médecine et la société.   L’hypnose: Un chemin sous notre peau, vers un autre savoir. Eliane Corrin Tous nous possédons un savoir sous notre peau. Ce savoir nous est accessible dans l’immédiateté du ressenti, par le retour au corps à l’écart de nos pensées. L’hypnose en est le chemin. Elle nous conduit à nous reconnecter à ce savoir qui transite par le corps, savoir à retrouver notre propre capacité à être et se tenir vivant entièrement en notre corps, en notre monde. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-L-HYPNOSE-Un-chemin-sous-notre-peau-vers-un-autre-savoir_a95.html Le « burn out ». L’hypnose pour prévenir et guérir. Nicole Ruysschaert De nos jours, la notion de « burn out » a acquis une place importante, on parle du stress au travail. Mais qu’est-ce que le « burn out » ? Une dépression, un état de surmenage, un épuisement, un autre nom pour la neurasthénie d’autrefois ? Les gens souffrant du « burn out » se plaignent de fatigue mentale et physique, ils se sentent épuisés, ont de la peine à se concentrer et ont des troubles de la mémoire. Avec leur entourage, ils sont irritables et de mauvais humeur et développent une attitude cynique pour se protéger. http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-le-Burn-Out–l-hypnose-pour-prevenir-et-guerir-Stress-burn-out-hypnose_a96.html   Psychosomatique et inventivité. Comme un œuf dans une boite en carton. Ysabelle Deneff « Comme un œuf dans une boîte en carton » était le titre que ce patient, un jour, donna à son histoire et à celle de sa maladie. Elle s’était construite au fil de nos entretiens. Fruit d’une lente élaboration, elle avait surgi de la spontanéité de ses éprouvés autour de cette maladie et progressivement lui avait permis de l’apprivoiser, la rendant moins étrangère à son existence, l’amenant peut-être ainsi à se réconcilier avec elle. Rubriques : Les grands praticiens : Paul Watzlawick, la dernière séance… Jean-Jacques Wittezaele Un grand maître n’est plus… Le 31 mars 2007, Paul Watzlawick est décédé en son domicile de Palo Alto. Même les constructivistes les plus radicaux sont attristés par ce changement de niveau de réalité : le géant sur les épaules duquel des générations de chercheurs et de cliniciens se sont élevés a quitté notre monde sensoriel où sa disparition fait saigner nos cœurs pour une réalité virtuelle d’où il continuera, heureusement, à stimuler nos esprits. Quiproquo, malentendu et incommunicabilité. Avec mes meilleurs « veux ». Stefano Colombo, dessin de Muhuc P : Merci, Docteur, de me recevoir. Je ne veux pas vous déranger, d’autant plus que votre agenda est complet et votre temps précieux. T : C’est fait. Quelle est la raison de...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°2 – 2006

Hypnose & Thérapies Brèves N°2 – 2006

Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue n°2 Editorial : Evidences et paradoxes. Quoique ! Dr Patrick Bellet Un aspect méconnu de l’hypnose est sa qualité « transdisciplinaire ». Ce terme à la mode traduit le plus souvent une juxtaposition des compétences plus qu’un véritable échange. Or, il est remarquable d’observer, dans les lieux où la pratique de notre discipline s’exerce, un rare brassage, et j’irai jusqu’à dire métissage professionnel des participants. La tendance actuelle est, quoi qu’en disent les instances qui nous encadrent, à la spécialisation et au découpage millimétré de nos pratiques.   Articles : Maîtriser le lâcher prise. Un titre paradoxale pour une démarche paradoxale. Irène Bouaziz Maîtriser le lâcher-prise : un titre paradoxal pour une démarche paradoxale, n’est-ce pas le moins que l’on puisse faire ? Depuis plus de deux mille ans, le paradoxe fascine les hommes parce qu’il défie leur croyance en un univers cohérent. Selon la jolie expression de Paul Watzlawick : « Le paradoxe constitue le talon d’Achille de notre image logique, analytique et rationnelle du monde. » http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Maitriser-le-Lacher-Prise_a100.html   Hypnosédation : une nouvelle technique anesthésique. Les questions que posent les patients à leur médecin. Marie-Elisabeth Faymonville. Le magnétisme, l’hypnotisme, l’hypnose, quel que soit le nom qu’on lui donne, est utilisé depuis des siècles pour soulager l’homme. Le pouvoir analgésique de l’hypnose a permis son utilisation en chirurgie avant le développement de l’anesthésie chimique en 1846.   Voyage au fil de l’eau. Hypnose et fibroscopie bronchique. Michel Nasr La fibroscopie bronchique est un examen peu invasif mais intrusif. Il n’est pas douloureux mais menaçant. Après avoir endormi le nez et le fond de la gorge par un anesthésique local, glisser un tube optique souple par le nez, passer entre les cordes vocales, puis explorer l’ensemble de l’arbre bronchique et réaliser des prélèvements est souvent vécu psychiquement comme traumatisant. Cet examen anxiogène renvoie à la peur d’étouffer, la peur de la douleur et augmente l’appréhension de tousser chez des patients qui ont déjà ces symptômes avant cet examen. Paradoxalement, ce n’est pas la peur du diagnostic qui est au premier plan, mais plutôt l’anticipation de l’étouffement donc une véritable menace de mort. Comme face à toute situation anxiogène, il s’agira dans le travail hypnotique de ramener le patient ici et maintenant dans le temps présent avant d’envisager le geste endoscopique.   Hypnose en pédiatrie hospitalière. La sensibilité comme remède. Marie-Anne Leriche, Maryline Mariotti Les prises en charge sont diverses, allant de l’intervention ponctuelle en urgence lors des gestes invasifs, au suivi en consultation externe pour des enfants douloureux chroniques, en passant par l’accompagnement des enfants en pré et post- opératoire, et également la prise en charge groupale d’enfants migraineux avec l’apprentissage de l’autohypnose.   Franchir l’abîme avec l’hypnose comme passerelle. Un outil thérapeutique et non une thérapie. Serge Melloul Quand une personne confrontée à une maladie somatique sévère vient me demander de l’aider par des séances d’hypnose, je lui explique, d’abord, que l’hypnose est un outil thérapeutique et non une thérapie. « Le moteur du changement est avant tout en vous », tel est l’un des messages forts adressé, d’emblée, à la personne bloquée dans une situation souvent inextricable qui lui paraît sans issue.   Apprenez à devenir modeste avec vos patients ! Négociation d’objectifs avec les patients souffrant de douleurs chroniques. Alain Vallée Pourquoi négocier un objectif ? Il paraît évident à beaucoup que ce que le patient veut, c’est avoir moins mal, qu’il est bien connu que l’hypnose est efficace dans la douleur et que, de ce fait, il n’y a pas lieu de se poser la question. S’il est vrai que...

Read More

Hypnose & Thérapies Brèves N°1: Mai Juin Juillet 2006

Hypnose & Thérapies Brèves N°1: Mai Juin Juillet 2006

Hypnose & Thérapies Brèves : la Revue n°1 Editorial du Dr Patrick Bellet: De la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces… Hypnose: Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’une thérapie brève ? Cette dénomination vient des Etats-Unis qui ont le sens du raccourci et, maladroitement, s’oppose aux thérapies dites au long cours comme la psychanalyse. Traduction approximative qui se trouve, malgré tout, consacrée par l’usage. Ces nouvelles perspectives thérapeutiques apparaissent outre-Atlantique à partir des années 1940 et prennent leur essor dans les décennies suivantes, mais leurs sources se trouvent dans les approches humanistes européennes et orientales des siècles précédents. En commun, elles sont capables de considérer qu’à une question unique correspondent plusieurs réponses justes simultanément. La densité des réponses contribuent, par la transmission d’un savoir, à leur intérêt. Familières du paradoxe, elles le manient volontiers et nous font passer de la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces.   Articles : Histoire des thérapies brèves. Ceux par qui le scandale est arrivé. Dr Dominique Megglé. A sa naissance et dans ses développements au long du XIXe siècle, il était impensable qu’une psychothérapie durât longtemps. La psychothérapie, héritage des magnétiseurs français, était conçue comme un « coup de main » ponctuel pour aider la personne à passer un cap difficile de sa vie. Les symptômes témoignaient de la difficulté de ce passage. Aucun praticien ne se souciait d’une « compréhension en profondeur » de l’origine des troubles, et tous pensaient que si le patient parvenait à se débarrasser d’un symptôme, c’est qu’il avait, nécessairement, réaménagé ses profondeurs. Ce qu’il avait réaménagé, comment il l’avait fait, était considéré comme trop compliqué pour être saisi et sans intérêt pour le soulager. Lire la Suite http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therapies-Breves-Histoire-des-Therapies-Breves_a99.html   L’hypnose dans le vent. Changer d’altitude pour changer nos visions du monde. Dr Bertrand Piccard Si d’innombrables ouvrages des plus approfondis traitent de l’hypnose sous toutes ses formes, le processus hypnotique ne peut-il pas être aussi compris plus simplement comme un état d’esprit dans lequel nous arrêtons soudain de nous battre contre les vents de la vie pour nous mettre à utiliser leur énergie ? Cet article est tiré d’une conférence faite lors du 3ème Forum Francophone d’Hypnose et de Thérapies Brèves, nous avons conservé dans cette publication une partie du dialogue engagé à cette occasion. Publié avec l’aimable autorisation des éditions Satas. Il existe une grande littérature traitant de l’hypnose comme d’un acte thérapeutique, d’un état modifié de conscience, d’un outil de communication, et maintenant même comme d’une modification de l’activité corticale observable au moyen des méthodes les plus modernes d’imageries cérébrales. Nous allons examiner dans quelle mesure l’hypnose ne pourrait pas également être comprise en tant qu’état d’esprit.   Métaphore, recadrage et changements. Marie-Louise passe partout. Dr Patrick Bellet La métaphore est la forme centrale du corpus des thérapies brèves. Cette structure rhétorique est, grâce à sa fonction diplomatique, d’une grande valeur. Le patient souffre souvent de son “orientation à la réalité”, sa manière de voir le monde. Erickson recommande de respecter cette orientation à partir de laquelle l’attention du sujet est captée, dans le but de changer, recadrer, son point de vue dans une dimension plus large et bénéfique. La surprise qui participe à cette technique favorise le temps présent et permet, rapidement, de dessiner des cadres informels et malléables dans lesquels va se situer une action thérapeutique progressive. Le présent est un appui pour le futur. MÉTAPHORE, DIPLOMATIE ET MOUVEMENT   La diplomatie hypnotique au cœur du conflit conjugal. Approches hypnotiques indirectes avec les couples. Teresa Roblès Comment et pourquoi travailler indirectement avec les couples ? Camillo Loriedo propose une thérapie...

Read More
Page 2 sur 212