Hypnose & Thérapies Brèves N°19 – 2010-2011

revue-hypnose-therapies-breves-19-2010-2011Hypnose & Thérapies Brèves: la Revue
N°19 : Novembre/Décembre 2010/Janvier 2011

Tenir Debout… Et Marcher. Editorial du Dr Thierry SERVILLAT, Rédacteur en Chef

L’automne est dit-on le temps de la prise de recul, de la réflexion après la période active du printemps et de l’été. Ce numéro 19 propose un dossier composé d’articles ayant un thème commun. Nous espérons que cette démarche servira à approfondir, enrichir, et aussi à créer du débat.
Pour commencer nous avons eu envie de diriger le projecteur vers celles et ceux d’entre nous qui pratiquent l’hypnose dans les établissements de santé, publics ou privés. Car un idée traîne souvent dans nos conversations: les « institutions », hôpitaux, cliniques, seraient réticentes à l’hypnose (et d’ailleurs aussi, d’ailleurs aux thérapies brèves)…

 

« Commencer avec des cas difficiles » L’attention à chaque détail, une observation fine de la totalité du corps du patient pour construire son intervention. Cécile Bérard… De l’autorisation à l’encouragement et à la rencontre précieuse.

L’attention à chaque détail, une observation fine de la totalité du corps du patient, sont des aides irremplaçables pour apprendre à construire ses interventions et se « lancer » dans la pratique de l’hypnose. Alors peuvent surgir l’étonnement et la fierté d’avoir osé.

C’est à l’occasion du DIU de soins palliatifs à Lyon que ma première rencontre avec le mot « hypnose » a eu lieu. Plus qu’un mot, une technique… un état… un moyen d’entrer en relation, mais cela je ne l’apprendrai que bien plus tard…

 

« Palo Alto et le jugement de Salomon » En dix point, un avocat explique comment il utilise nos outils pour résoudre des conflits… à l’amiable. Jean-Edouard Robiou du Pont. Avocat et médiateur familial.

Une inspiration pragmatique pour l’avocat.
En 10 points, un avocat nous explique comment il construit sa réflexion et son intervention pour favoriser la résolution des conflits… à l’amiable. Où nous voyons que nos outils, hors du champ de la thérapie, peuvent servir à construire des solutions pacifiantes.

 

Dossier Hypnose et Institution « Le changement au centre hospitalier de Romans sur Isère » Comment la même approche hypnotique est reçue et mise en œuvre selon l’orientation professionnelle du soignant. Chantal Mejean, Olivier Daene,Jean-Pascal Sagot, Céline Mazoyer, Estelle Thibaudeau.

L’hypnose a fait son entrée au Centre hospitalier de Romans en 2008 et nous donnons la parole aux différents professionnels concernés. Tout d’abord, la direction du Centre hospitalier à qui revient cette belle initiative, et soulignons-le, c’est peut-être la première fois qu’une directrice des soins, Madame Méjean, en l’occurrence, s’exprime sur ce type d’expérience dans une publication telle que la nôtre. La suite de cet article montrera comment la même approche hypnotique est reçue et mise en œuvre selon l’orientation professionnelle du soignant.
En tant que formateur, je voudrais apporter quelques mots de commentaire sur cette expérience. Au-delà de l’objectif évident des applications de l’hypnose dans le traitement de la douleur, j’ai observé des changements de nature différente.

Une sorte d’apprentissage parallèle et naturel. En effet, les participants sont réunis longuement, plusieurs jours de suite, et de ce fait sont amenés à se parler et à faire des exercices ensemble. Jusque-là, me direz-vous, rien de bien extraordinaire. C’est vrai.

La découverte tient à cette évidence : rencontrer les autres membres du personnel en dehors des contingences habituelles (normales ?) et établir des relations humaines voire professionnelles (ou inversement) que la structure hospitalière ne favorise pas ! Autrement dit, sortir du « cadre »…

Un gain inattendu ! De nouvelles perspectives s’ouvrent sur le sens de l’hospitalité… N’est-ce pas parler un langage de compréhension que de faire de l’hypnose ? L’aventure continue ! Dr Patrick Bellet

www.hypnose-ericksonienne.org/Romans-Hypnose-L-Hypnose-au-Centre-Hospitalier-de-Romans_a317.html

 

« L’infini au jour le jour. L’univers hétérogène du quotidien en soins palliatifs » L’accompagnement des personnes en fin de vie et ses conséquences sur le soignant. Jean-Pierre Courtial, Bernadette Audrain-Servillat, Pierre-Henry Garnier.

Dans le service de Soins palliatifs d’un grand CHU les risques pour le soignant sont majeurs. Celui-ci ne peut évidemment être seul. L’institution d’une équipe, nécessaire, présente dans ce domaine des particularités importantes et pleines de paradoxes.

Première partie: Problèmes posés par les soins palliatifs.
Réponses initiales. La réalité de la pratique de l’accompagnement des personnes en fin de vie est souvent loin d’être paisible, d’être cette succession d’étapes qu’il suffirait de suivre.

 

« Chronique du douloureux. La vie en équipe pluridisciplinaire » Comment créer du lien entre les différents intervenants. Elise Lelarge, Isabelle Jahan, Marie Le Ruyet.

Ma volonté de faire cet article est née de l’observation, suite à mon arrivée récente dans l’Unité (18 mois), d’un mode de fonctionnement particulier de l’équipe. J’étais auparavant plutôt habituée à travailler en milieu hostile, ce qui est particulièrement difficile, ou en milieu ouvert, c’est-à-dire étant toujours plus ou moins seule à pratiquer en hypnose et en thérapies brèves.

Lors de mon arrivée dans l’Unité Douleur du Centre Catherine de Sienne, je me suis retrouvée plongée dans un milieu nouveau et pourtant familier. Tout le monde semblait exercer de la même façon que moi. Mon approche, basée auparavant sur l’originalité, n’était plus de mise.
Après un petit temps d’adaptation pour me remettre de ma surprise, j’ai eu envie de réfléchir aux éléments qui permettaient cette ambiance particulière de « coopération ».

Jusqu’alors habituée aux divergences de points de vue, aux tentatives laborieuses de faire du lien pour que le patient s’y retrouve, voire de donner du sens à des perspectives antinomiques, je me retrouvais baignée dans un climat de confiance, rebondissant avec légèreté et facilité sur les interventions de mes collègues, qu’ils soient médecins, infirmiers ou kinésithérapeutes, et constatant, grâce au patient, qu’ils semblaient faire de même.
Comment pouvions-nous réussir ces interventions uniques à interlocuteurs multiples ? Pour tenter de le comprendre, écoutons d’abord Isabelle Jahan, infirmière, nous parler de cette unité…

www.hypnose-ericksonienne.org/Chronique-du-Douloureux-Hypnose-Douleur-Therapies-Breves_a318.html

 

Hypno-philo : « Comme un ver »Thierry Servillat

Alexandre Jollien vit à Lausanne avec sa femme, ses filles, ses amis. Bienq qu’handicapé par une IMC, il est un philosophe médiatique dont, depuis des années, les conférences et les livres ont du succès…

 

Quiproquo, malentendu et incommunicabilité : « Ça ressemble à rien !» Stefano Colombo.

L’entrée est assez vaste, la porte plutôt dilatée, un peu comme l’air qui entre et ressort aussitôt par un point de fuite que le toucher s’efforce, en vain, d’identifier. La personne présente porte un habit aux contours curvilignes qui se prolongent dans des droites tronquées, elles-mêmes ondulées par un vent inexistant.

 

De la suggestion envisagée au point de vue pédagogique. Hypnose et Histoire

Ce texte publié en 1887 nous montre des situations cliniques qui demeurent d’actualité, mais dont l’approche sémantique change. A la fin du XIXe siècle, les thérapeutes étaient préoccupés par l’amélioration de leurs patients à la fois sur le plan clinique, mais aussi moral, considérant l’hypnose comme un vecteur pédagogique privilégié. En estimant que pédagogie et moralité soient appariés… Certains y voient davantage une orthopédie mentale sujette à caution et dérives. De nos jours, la dimension morale s’estompe et fait place à des termes issus du vocabulaire économique, voire commercial, dont un des plus emblématiques est la gestion. Est-ce un recadrage hypocrite ? Quelles valeurs sont maintenant correctes ou plutôt politiquement correctes ? Ou bien autre chose… Ce débat qui pose aussi, à sa façon, les limites d’applications de l’hypnose, reste ouvert à la suite de celui de nos prédécesseurs. Dr Patrick Bellet

www.hypnose-ericksonienne.org/De-la-suggestion-envisagee-au-point-de-vue-pedagogique-Hypnose-et-Histoire_a319.html

 

Exposition : « Edward Hopper à Lausanne : comme un rayon de soleil sur la façade d’une maison » François-René Chardon.

Tout cet été, la Fondation de l’Hermitage de Lausanne présentait une rétrospective d’une partie de la création artistique d’Edward Hopper…

Recettes et merveilles : « Madame est servie ! » Joëlle Mignot.

On peut le dire, il y a deux mondes: ceux qui servent et ceux qui adorent être servis ! Les deux positions demandent des qualités bien différentes: servir demande abnégation, discrétion, coeur, humilité, sens du don et du devoir, mais sous-tend aussi maîtrise et contrôle rendant subtilement l’autre dépendant comme l’enfant l’est au sein de sa mère…

 

Congrès et conférences : « Revisiter la clinique par l’hypnose » Christine Guilloux.

4ème colloque de l’AFEHM.
Revisiter la clinique par l’hypnose ? De quelle manière, par quels détours, quels recours, l’hypnose peut-elle s’immiscer dans l’observation directe du malade, dans le diagnostic établi par le médecin ? Vaste programme que s’est offert ce 4ème Colloque de l’Association Française pour l’Etude de l’Hypnose Médicale…

 

Humeur : « L’éco-conception des soins » Olivier Toma.

L’éco-conception est l’expression désignant la volonté de concevoir des produits ou des services en respectant les principes de développement durable…

 

 

Pour vous abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves, cliquez ici

 

 

 

 

Revue Hypnose Thérapies Brèves 19

 

 

 

 

 

Psychiatre, President de l’Institut Milton H Erickson de Reze. Redacteur en chef de la Revue HYPNOSE & Therapies Breves. Ancien President de la Confederation Francophone d’Hypnose et de Therapies Breves (CFHTB). Conferencier International, Superviseur. Co-auteur de Psychotherapies : une approche plurielle (Masson)

Reze (Loire Atlantique)

Facebook Twitter Google+